top of page
  • Writer's pictureBCV.stories

Jones, Jeremiah “Jerry”

Updated: May 25, 2023


Born at East Mountain, Nova Scotia, on March 30, 1858, Jeremiah “Jerry” Jones was a farmer and teamster living with his wife Ethel (Cook) and their five children when the First World War erupted. In June 1916 when Jones joined the 106th Battalion at Truro, Nova Scotia, he told recruiters that he was 39 years old - he was 58.


In July 1916, Jones was transferred to the Royal Canadian Regiment. During the Battle of Vimy Ridge (April 1917) Jones volunteered to attack a German machine gun position that had pinned down his unit. After taking the position, he ordered the surviving Germans to carry their machine gun back to his commanding officer. He was injured at Vimy. Jones was discharged at Halifax, Nova Scotia in May 1918. He then returned to his family.


Jeremiah and Ethel were married for 42 years and had nine children together. Ethel died in 1940, and Jeremiah died in 1950 at the age of 92. The Jones’ grandson, Burnley “Rocky” Jones, was social activist and lawyer, who drove important changes for Indigenous and Black lives in Canada.


In September 2000, the Last Post Fund established a new gravestone for Jones, with full military honours. In February 2010, Jones was posthumously honored with the Canadian Forces Distinguished Service Medallion for Gallantry in Action. In 2016, Parks Canada mounted an exhibit at the Halifax Citadel. On November 11, 2017, Jeremiah Jones’ great-great-grandson, Adam Jones, laid a wreath in honour of Jones at the War Memorial in Ottawa.


Jeremiah Jones died in 1953.

 

En août 1918, le gouvernement canadien accepte d'envoyer des troupes en Sibérie pour soutenir les efforts contre les bolcheviks. Herbert McLean Bell figure parmi ces soldats canadiens.


Né le 18 février 1897, à St Mary, en Jamaïque, Herbert était l'enfant du milieu d'une famille de 13 personnes. Jeune homme, Herbert se rend d'abord en Égypte avec le Jamaica Reserve Regiment, où il sert de 1914 à 1916. Il se rend ensuite à New York et à Boston, où il fait des études d'ingénieur avant de décider de s'enrôler dans l'armée canadienne au Nouveau-Brunswick, en août 1918.


Au cours de son entraînement à Sussex, au Nouveau-Brunswick, en octobre, il doit travailler dans l'eau pendant deux semaines, ce qui lui cause des problèmes à une hanche, aux genoux et aux chevilles, qui sont devenus enflés et douloureux.


Avec son unité, il traverse le pays en train pour poursuivre son entraînement en Colombie-Britannique. Là, il rejoint le Corps expéditionnaire canadien en Sibérie, qui quitte Victoria le 26 décembre 1918 pour un voyage maritime de trois semaines jusqu'à Vladivostok. L'humidité à bord du navire fait gonfler ses chevilles et il doit être hospitalisé sur le navire, mais il n'y a pas assez de médicaments pour le soigner. Herbert quitte la Sibérie le 9 mai et est envoyé à Halifax pour subir un traitement médical.

Son traitement à l'hôpital améliore quelque peu son état de santé et en septembre 1919, il obtient son congé de l'armée après avoir été déclaré médicalement inapte au « service militaire impérial ».

Après la guerre, Herbert dirige une entreprise à Toronto pendant 25 ans. Il est aussi très impliqué auprès de la Légion canadienne, qui le nommé capitaine honoraire. Il donne sans compter à son église et à des organismes locaux. Il meurt en 1953.




437 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page